CORSE 2020

J

CORSE 2020

Sur des commentaires de notre G.O : Didier.

08/06/2020 : Le vrai départ

Après une période d’incertitudes de quelques mois, nous sommes enfin sur le départ.

13 personnes pour 8 motos.

Les G O Nicole et Didier
Michelle et Jean-Claude
Corinne et Jacky

Christine et Francis

Eric
Patricia et Bernard
Evelyne
Et François

Direction Marseille où nous devons embarquer sur le Paglia Orba à 19 heures.

Michelle et Jean-Claude, déjà sur place, nous rejoindront au port.

Rendez vous au Carrefour Market de L’Arbresle a 8 heures devant le petit bar « au truc ».

Direction l’autobeurk (Eric ne contredira pas, il n’aime pas l’autoroute ).

Sortie Loriol, puis Privas et le col de l’Escrinet et Vallon Pont d’Arc ou nous pique-niquons au bord de l’Ardèche à côté du pont.

Arrêt café à Pont Saint Esprit après la descente des gorges de l’Ardèche. Du jamais vu! Des gorges vides uniquement pour nous. Quel pied! Puis direction Marseille en prenant un bout de nationale. Un peu chiant. Puis pour faire plaisir à nôtre ami Eric re autobeurk jusqu’au port de la Joliette. L’embarquement est un peu long ce qui d’ailleurs fait chauffer non pas Bernard mais sa BM qu’il faut pousser et laisser refroidir avant qu’elle  ne grimpe comme une grande sur le Vizzavona (notre ferry finalement).

Les motos attachées, la répartition des cabines faite, on attaque l’apéro.

Evelyne nous a fait une super sangria transportée par Eric dans sa glacière électrique. Entre la route, la sangria et le roulis, nous allons essayer de regagner nos cabines respectives et je vous dis à demain sur l’île de grande Beauté.

09/06/2020 : Arrivée en Corse

Sortie du bateau assez rapide. En effet nous étions 200 passagers au lieu de 500 possibles. Par contre, un grand comité d’accueil en bleu. Et là, on se rend compte que les casques ne sont pas leur cibles mais plutôt les casquettes à l’envers. Petit déjeuner super sympa devant le port avec un patron sympa qui était content de voir enfin du monde.

Puis descente vers Sartène et le Perolongo en longeant la côte par Coti-Chiavari.

Petit arrêt au Spar de Porto Pollo pour le pique nique.

Et encore une fois la route pour nous seuls. A nous tous ces virages sans bagnole.

Puis arrivée au Perolongo,  à la maison des Vignes et là : tout le monde sous le charme.

Quel bel endroit, maison pour 10, mais on a décidé de rester tous les 13.

Après avoir goûté les vins du domaine, un petit pique nique, une petite sieste : un petit tour dans les environs sur les petites routes blanches du Michelin et c’est vrai qu’elles sont aussi petites que belles.

En rentrant, on s’arrête à la distillerie d’huiles essentielles, endroit atypique où nos tamalous s’approvisionnent grassement.

Bonne soirée à tous, nous on sait qu’elle sera bonne.

10/06/2020 : Les citées du sud

Réveillés par un gros orage, on se tape par la suite un super p’tit déj’ servi par Murielle du Perolongo qui nous chouchoute.

Après çà, direction Bonifacio. Sur la route, on s’arrête pour admirer le lion de Roccapina, bloc rocheux sculpté par le vent et les éléments.

Bonifacio, vidée de ses touristes. Très peu de magasins ouverts mais on arrive quand même à trouver notre vie pour le pique nique. Nous croisons spiderman et plus loin Evelyne qui parle aux mouettes au grand étonnement de touristes qui passaient par là (un oin oin fort et lancinant).

Entre deux averses nous nous dirigeons vers Portovecchio et bifurquons juste avant sur la plage de Rondinara pour casser la croûte. Super moment, même pour Francis dont le blouson nous a servi de nappe.

Comme à Bonifacio, la plage est déserte et nous appartient.

Ensuite, Portovecchio encore entre deux averses et une ville sans grand monde.

Retour à la maison des Vignes sous une rincée.

Ce soir resto. On va taquiner du sanglier.

11/06/2020 : Après la pluie, le beau temps

Oulala, que d’eau, que d’eau !!!

Il est donc urgent de ne rien faire et de lézarder dans notre grande maison des Vignes. Personne n’a vraiment envie d’aller faire les courses mais avec les restes du p’tit déj., nous nous sommes fait un super apéro dînatoire.

Spiderman s’est transformé en homme de l’Atlantide.

Le soleil se pointe doucement et nous enfourchons nos monstres d’acier (heu, on se calme), nous enfilons gentiment nos combines de pluie, au cas ou, et direction les bains de Caldane

ou les anges du bitume (Oui il y en a en Corse, du bitume) se transforment en colonie de vacances pour adolescents. En tous cas, nous trempons dans une eau à 38 degrés.

Ensuite nous filons sur Sartène, 3ème grande ville du Sud Corse. Toujours autant de monde!

Et là, anticipation, pour le pique nique de demain, la cave Sartenaise : une boutique de produits aussi corses que typiques qui nous donne envie de tout acheter et surtout de tout bouffer.

Puis retour chez nous (on peut le dire, tellement on y est bien) pour un super apéro avant, je suis désolé de toujours employé des superlatifs mais un repas de gourmet. On a eu envie aussi de vous montrer nos binettes de bien heureux pour vous faire voir que les inondations ajacciennes n’ont pas de prise sur nous.

12/06/2020 : Les aiguilles de Bavella

Nous nous levons sous un beau soleil et 4 courageux étaient déjà partis faire le tour des vignes et certains se sont habillés en conséquence.

Et après notre copieux p’tit dèj. Direction Bavella en passant par Levie ou nous devions nous arrêter chez un coutelier qui était malheureusement fermé. Donc nous continuons jusqu’au aiguilles où nous en prenons plein les mirettes.

Puis nous prenons la direction Solenzara pour trouver ce gros chêne enchâssé entre deux rochers

et nos bassines ( trou d’eau ) ou nous allons pique niquer.

La aussi plein les mirettes et un seul vrai courageux, notre François qui a mis tout son corps dans l’eau qui n’était pas si chaude (l’eau). Ensuite nous repartons en passant par l’Ospédale, Figari et nous rentrons par Roquapine. On se fait plaisir, on enrhume une « sizaine » de Harley. Et oui, nous sommes des pilotes 

Notre hôtesse et nos deux anges gardiens qui nous ont chouchouté sont sur la dernière photo.

13/06/2020 : Adieu Peronlogo, bonjour Sagone

Une fois les valises bouclées plus où moins facilement nous quittons nos hôtes où nous avons passé 4 journées très sympa.

Une fois dépassé Sartène nous prenons la D69 direction Zicavo via Aullène puis nous redescendons sur Ste Marie Sicché pour rejoindre la nationale qui va sur Ajaccio.

Une petite pause café où certains reprennent des forces.

Petites routes aussi viroleuses qu’étroites où l’on croise des cochons en grand nombre.

Nous arrivons à Sagone sous une bonne rincée et nous regagnons nos chambres en toute hâte.

Nous venons de faire nos premiers 1000 bornes .

Nous retrouvons nos 2 membres corses à l’apéro

puis restau, le 20118 juste en face de notre hôtel. Et là, qui nous attend ? Annie et Thérèse, nos amies Corse. On aura pas encore faim ce soir!

14/06/2020 : Un dimanche autour de Sagone

Après une bonne nuit pour presque tout le monde dans notre nouvel hébergement, nous décidons de nous faire une journée cool et aussi parce que le dimanche, les Corses roulent plus. Alors direction Cargèse ou l’on visite les deux églises, l’une Orthodoxe,

l’autre catholique

et qui se font face. Ensuite nous nous dirigeons vers la plage d’Arone

ou l’ on boit un coup dans un resto sur la plage. Certains se vautrent dans des canapés en bois flottés.

Le Président et ses drôles de dames.

Après s’être péniblement extrait des fauteuils, nous allons pique niquer à Ota à côté du vieux pont Génois et aussi se baigner, mais vous n’aurez pas de photo de baigneurs, allez savoir pourquoi? Mais avant, passage par les Calanches de Piana comme on ne les reverra peut être jamais : Personne sur la route ….

Nous continuons notre ballade sous le soleil et sur des routes viroleuses à souhait jusqu’à nôtre hôtel. Puis rdv chez MP et Boubou pour un apéro digne de ce nom et je pèse mes mots. Kathdephil et Phildekath viennent nous rejoindre mais ils ont leur campement à la marina di lava à 25mn de Sagone.

15/06/2020 : La Restonica de Corte

Réveil sous un beau soleil nous changeons d’endroit pour petit déjeuner. Nous le prenons au 20118, le resto où nous mangeons le soir.

Nos courageux marcheurs ont récidivé à l’aube.

Nous partons par la forêt d’Aïtone et descendons la santa Regina puis direction Corte et pique nique à la Restonica.

Puis nous prenons le café avec un petit fiadone (un soufflé avec du brocciu et du citron)

Nous redescendons sur Sagone par cette belle nationale mais pas que! Une idée aussi sotte que grenue nous fait couper par la montagne et là ça fini de nous rincer.

Heureusement, un apéro piscine va nous détendre.

Et après, tous au resto.

Même pas mal à tête.

16/06/2020 : Aprestū Sagone

Nos marcheurs ont une fois de plus foulé le sol et le sable de Corse avant le p’tit dèj.

Ils ont eu de la chance, ils n’ont pas croisé les sangliers qui ont saccagé le tour de l’hôtel jusque vers la piscine.

Nous descendons jusqu’à Bastelicaccia pour se faire les très courtes gorges du Prunelli sur des routes tellement blanches qu’elles sont presque transparentes, Francis (notre star des claquettes), on l’appelle aussi Fred comme Aster nous dit que ce sont des routes à rustines.

Nous prenons la direction de Bastelica pour rejoindre le voile de la mariée (cascade de 70 mètres)

et nous déjeunons au pied de la cascade.

Et comme ils n’en avaient pas eu assez (de la route à rustines) nous sommes rentrés par Véro, Salice, Rosaghia, Muna (un vieux village perché dans la montagne où vivent que 2 familles) et Murzo.

Une fois à l’hôtel, petit plongeon dans la piscine et invitation de notre Annie nationale pour l’apéro (on était quand même19).

Maintenant on va faire les valoches, car demain we go To Saint Florent.

17/06/2020 : Grosse roulade

On quitte Sagone vers 10h. Une petite pause à Porto

en passant évidemment par les calanches de Piana toujours aussi vide

puis arrêt pique nique dans la vallée du Fango ou l’on se baigne presque tous dans une eau encore meilleure qu’à la piscine.

Pause café dans un bar à l’ombre d’un olivier et sur l’herbe. Endroit vraiment sympa et aussi apaisant que rafraîchissant.

Puis direction Calvi, mais on l’évite. On traverse l’île Rousse puis le désert des Agriates à un rythme soutenu .Nous nous sommes fait vraiment plaisir sur ces routes de la liaison entre Sagone et Saint Florent avec un plus pour le désert des Agriates. Grosse détente à l’apéro piscine avec tout le monde en grande forme voir très grande forme.

A l’hôtel un traiteur rien que pour nous et en plus très bon. Nous sommes des gâtés.

18/06/2020 : Cap Corse

Donc, comme tous les matins, nos marcheurs marchent. Et que voient-ils en chemin ?

Eh oui, nos Bastide préférés, Monique et Gérard ont débarqué à Bastia et viennent nous rejoindre. Nous sommes maintenant 17, presque la moitié du moto club.

Après le p’tit déj aussi sympa que copieux, nous partons pour le cap Corse sur nos 11 motos. La traversée de Bastia se fait assez facilement, vu le manque de touristes.

Nous faisons le cap dans le sens inverse des aiguilles d’une montre pour toujours être du côté de la mer. C’est beau et on s’éclate. Pique nique à Barcaggio à la pointe du cap et café dans une paillote bien sympa en face de la petite île de la Giraglia que Michelle prend pour un hippopotame. (mais je vous rassure, Michelle va bien).

Nous redescendons côté ouest, un peu plus sauvage, d’un bon rythme et nous faisons une pause à Nonza. La tour pas visitée car fermée, l’église sainte Julie et sa source miraculeuse et un petit coup à boire

et nous voilà reparti pour Saint Florent.

Jean-Claude s’occupe de l’apéro et arrive chargé (pas Jean-Claude ) de bouteilles, de saucissons, de figatelli et autres cacahuètes. Comment dire? Les roues libres se sont bien débridées.

19/06/2020: Les plages du Lotu et de la Saleccia

A 10h30, nous prenons nos deux bateaux, le premier ira à la Saleccia déposer les marcheurs qui rejoindront la plage du Lotu à pieds à travers la pinède et des oliviers. Le second ira directement au Lotu où attendrons les « non marcheurs » pour pique niquer.

Ils nous attendent sous le seul arbre de la Saleccia, personne sur cette plage au sable blanc de toute beauté qui borde une mer turquoise. Vision paradisiaque également sur celle du Lotu.

Donc, revenons sous notre arbre, place réservée au taureau pour se reposer.

Notre Président Jacky n’écoutant que son courage voulu faire barrage de son corps, ce qui n’a pas été du goût du dit taureau qui essaya, le cuistre, d’encorner notre Président qui s’en sorti,

sûrement grâce à son sang espagnol, par une muleta de toute beauté (j’enjolive peut être un peu). Retour au port et dans cette belle ville de Saint Florent pour quelques emplettes et surtout pour faire des comparatifs de glaciers. Il faut dire que l’on a de sérieux clients dans la troupe.

Malgré une journée sans moto nous avons dépassé les 2000km.

20/06/2020 : Calvi, nous voici. Sant’Antonino c’est tout en haut

Aujourd’hui direction Calvi, nous voilà parti évidemment par le désert des Agriates sous le soleil du matin et près du vide. C’est dans ce sens que l’on voit mieux, surtout qu’on a moins allumé qu’à l’aller. A Calvi, nous nous garons comme on peut et dans tous les sens sous la citadelle. Quartier libre pour tous.

Après avoir récupéré tout le monde à l’heure dite (un exemple de discipline) nous nous dirigeons vers

le site de Nôtre Dame de la Serra pour pique-niquer. Nous dominons tout le golfe de Calvi, le port, la citadelle, la ville balayés par le vent. On s’accroche à nos assiettes mais ça valait vraiment le coup d’oeil.

Ensuite petites routes pour rallier San’t Antonino, petit village typique en pierre perché sur un éperon rocheux.

Nous continuons nôtre route par Belgodère et rentrons gentiment pour attaquer notre dernier apéro piscine.

21/06/2020 : Et voilà, c’est presque fini

Nous quittons notre hôtel après avoir bourré les valises ( et non le bélier ) et nous allons manger dans un restaurant lacustre sur l’étang d’Urbino.

Le seul restau hors hébergement pour fêter le départ du gros de la troupe (quand je dis gros, c’est l’ensemble). En plus en face du resto, une petite boutique où nos filles se sont éclatées.

Bon repas dans un beau site pour nos au revoir. Eh oui, après une quinzaine de jours de convivialité, de franches rigolades et de super moments et tout ça grâce à nôtre passion commune, la moto.

La joyeuse troupe avant de se séparer

Pour ceux qui repartent sur le continent, c’est moins gai. Mais nous avons passé de supers moments.

Direction Bastia, un petit coup avant de prendre le Ferry

Bizzz à Tous

22/06/2020 : Retour sur le continent.

On a fait quand même un petit pique nique en remontant mais d’AutoBeurk.

Bonne journée de roulage par la Provence, la Drôme l’Isère et retour au bercail des souvenirs et des images plein la tête. Et aussi plein de choses à raconter à nos amis du club qui n’étaient pas avec nous.

SALUT LES AMIS